Vous êtes ici >> Les faits marquants du secteur minier
Menu
En savoir plus...

Les faits marquants du secteur minier mondial en 2007 Extrait de la revue Ecomine, par Christian Hocquart (1) , BRGM, d?cembre 2007.

Évolution 2007 résumée du secteur minier mondial dans le continuum 2005-2007

On retrouve dans l'année 2007 la poursuite des grandes tendances de 2006. Toutefois, on peut maintenant dire que la non perception de la notion de supercyle a eu trois conséquences comme l'a remarqué le consultant Ernst & Young (Mining EYeSight).

E&Y - Alors que les cours montaient, les analystes entretenaient encore en 2005 une vision pessimiste en annonçant un retournement de cycle prochain. De ce fait, par crainte du retour à des prix bas, les programmes d'investissements miniers des majors ont été retardés. La persistance de la forte demande chinoise a donc maintenu un fort déséquilibre offre-demande sur la plupart des métaux de base et ferreux, attestés par des niveaux de stocks faibles. Pour certains métaux toutefois, l'offre minière augmente et commence à rattraper la demande en 2007, à l'instar du zinc. Pour la même raison, les acquisitions de 2005 étaient encore " bon marché " car sous-valorisées. Mais en 2006 puis 2007, les surenchères ont été alimentées par les superbénéfices des majors minières (acquisitions payées en cash) et la perception croissante de la réalité d'un supercycle.

Revue de l'évolution 2007 sous l'angle des Etats, des compagnies, du cours des métaux et du social

Au niveau des Etats, s'observe une montée des protectionnismes (" resource nationalism ") avec effets de renforcement des fiscalités (impôts sur les sociétés, royalties sur la production, " windfall tax " indexée sur les cours des métaux…) et de prise en compte précoce et de plus en plus exigeante des contraintes environnementales et sociales, etc… .

La poursuite, par les nouveaux majors émergents, d'acquisitions tous azimuts de gisements et de sociétés peut-elle constituer à terme une menace sur les approvisionnements des pays développés ? Les investissements des fonds souverains dans le secteur minier peuvent-ils également constituer une menace ? Plusieurs pays asiatiques (Chine, Corée du Sud, Japon) ont annoncé vouloir constituer des réserves stratégiques de métaux et/ou de minerais. Par ailleurs, les Etats-Unis ont publié une étude redéfinissant leurs nouveaux métaux stratégiques.

Alors que les métaux stratégiques des pays émergents concernent le fer et des métaux d'alliage des aciers (manganèse, chrome...) en relation avec les premières stades du développement économique classique (infrastructures, industrialisation, urbanisation), ceux des pays développés sont de plus en plus axés sur l'innovation et les nouveaux matériaux, alliages de métaux " High Tech " et alliages hybrides avec les composites.

La Chine, qui compte aujourd'hui pour 30 à 35 % de la demande mondiale de métaux de base, compte pour 60 % de l'accroissement de la demande mondiale (fig. suivante). Le pays consomme aujourd'hui 47 % du minerai de fer commercialisé à l'international (contre 7 % en 1990), 32 % de l'aluminium (contre moins de 5 % en 1990) et 25 % du cuivre (contre 5 % en 1990). Entre 2000 et 2007 la Chine a été responsable de 65 % de la demande additionnelle mondiale d'acier, de 57 % de celle d'aluminium, de 71 % de celle de nickel et de 93 % de celles de cuivre et de zinc.

Durant cette même période, la demande mondiale de métaux a augmenté au rythme annuel moyen de 4,3 % avec le différentiel considérable de 18,1 % pour la consommation chinoise contre 1,5 % pour le " Reste du monde ".

Shanghai : quartier d'affaires de Pudong

Le moteur de la demande domestique chinoise s'ajoute maintenant au moteur de l'exportation : il est estimé que 75 % de la demande chinoise est aujourd'hui liée à la demande domestique (infrastructures, industrialisation, urbanisation et équipement des ménages urbains). L'Inde est en

" décollage économique " imminent (que BHP-Billiton traduit par Chine - 7 ans), comme nombre de pays émergents (BRIC et encore Turquie, pays du Golfe persique, Afrique du sud, etc…).

Les mécanismes chinois de régulation n'ont pas toujours les effets souhaités. Ainsi, l'annonce de la fermeture des petites capacités a engendré la course à la croissance et aux investissements. De même, l'imposition et/ou le renforcement des taxes à l'exportation, si elles réduisent d'abord le flux sortant, provoquent une surabondance d'offre domestique qui fait baisser les prix en Chine, relançant l'intérêt des producteurs à exporter car les prix ont augmenté sur le marché international. C'est l'exemple actuel de l'acier.

Au niveau des compagnies minières, on peut citer en premier la poursuite des fusions-acquisitions, notamment la poursuite des acquisitions off-shore (gisements et/ou sociétés) venant des sociétés minières et métallurgiques des pays émergents, en particulier chinoises et maintenant indiennes (minerais de fer, d'aluminium, de cuivre). On citera encore le fort impact conjoncturel des grèves, de la dérive haussière des investissements et des coûts de production, et l'impact probable du " credit crunch " suite à la crise des " subprime ". Les sociétés sont en mesure de faire les prix (" price maker ") et non plus de les subir (" price taker ").

Au niveau des cours des métaux, la pression sur les matières premières a généré des hausses et/ou des niveaux historiques (or et platine, cuivre, plomb, étain, nickel, cobalt, rhénium…) ainsi que pour l'uranium, souvent assortis d'une très forte volatilité (fig. suivante). Sur l'année, le cours LME à 3 mois du nickel est passé d'un maximum de 51 000 $/t en mai (maximum de 54 000 au comptant) à un minimum de 25 600 $/t en décembre, le cours LME à 3 mois du zinc de 4 200 $/t en mai à 2 250 $/t en décembre. Le retour du plomb souligne que c'est la Chine et ses presque dix millions de nouveaux véhicules par an qui mène aujourd'hui la croissance de la demande mondiale de métaux.

Le différentiel offre-demande ne sera pas comblé en même temps pour tous les métaux, au moins pour des raisons de structure de l'offre et de coûts d'investissements. Au fur et à mesure du rattrapage par l'offre, les stocks vont progressivement se reconstituer mais de manière sélective suivant les métaux concernés.

Evolution comparée 2007 des cours de quatre métaux non-ferreux

Au niveau social, la forte demande a mis la pression sur les capacités de production, processus qui expliquerait en partie la multiplication des accidents miniers. Ce problème a été plus marqué dans les mines souterraines de charbon, notamment en Chine, Russie, Ukraine et Afrique du Sud, ainsi que dans les mines d'or et de platinoïdes d'Afrique du Sud où tous les mineurs ont fait une journée de grève nationale.

La multiplication des résultats records des compagnies minières a déclenché des vagues de revalorisation salariale un peu partout dans le monde, surtout en Amérique du Sud, au Mexique et en Afrique du Sud.

Sélection des principaux faits marquants 2007

Janvier

Le sidérurgiste indien Tata Steel réussit son OPA sur le britannique Corus au prix de 6,4 G$ et aux dépens du groupe brésilien CSN.
Le prix du baril de pétrole atteint 50,48 $ le 18 janvier, qui sera son plus bas 2007 (fig. suivante).

ArcelorMittal étend son autosuffisance en minerai de fer par l'acquisition de gisements au Brésil (Bahia) et en Inde (Orissa). De janvier à décembre, le sidérurgiste n°1 mondial va multiplier les opérations de croissance externe par rachat de sociétés de services et/ou de distribution, et de mineurs. Le groupe gardera la filiale canadienne Dofasco et la filiale Arcelor Brésil (via une OPR). ArcelorMittal veut être le 1er sidérurgiste à 200 Mt/an et atteindre 75 % d'autosuffisance en matières premières d'ici 2010.

F?vrier

Au Zimbabwe, un projet de loi envisage une nationalisation des sociétés minières via un transfert de 51 % du capital à des entités locales, dont 25 % sans indemnisation.

Une autre entreprise indienne, Hindalco Industries, achète Novelis, groupe canadien spécialisé dans le laminage de l'aluminium, ex-division laminage d'Alcan vendue au début 2005.

Mars

En Argentine, la province de Rioja bannit toute exploitation minière à ciel ouvert. Barrick Gold, mineur d'or n°1 mondial, se retire d'un projet d'exploration.

En RDC, une soixantaine de contrats miniers validés par le gouvernement antérieur font l'objet d'une révision. Cela provoque une chute de 40 % de la valeur boursière des sociétés minières concernées (Africo Resources, Camec, Moto Goldmines, Brinkley, etc...). Fin 2007, la situation n'était pas encore clarifiée pour nombre de sociétés.

Au Venezuela, la nationalisation des mines pourrait suivre celle du pétrole. Gold Reserve Inc obtient, néanmoins, un contrat d'exploitation pour le projet or de Las Brisas.
En Russie, deux explosions de méthane à la mine de charbon sibérienne d'Ulyanovsky font 108 victimes.

En Russie, United Company Rusal devient le producteur mondial n°1 d'aluminium après l'acquisition de Sual et des actifs aluminium de Glencore hors du périmètre Century Aluminium. Par ailleurs, Rusal a obtenu de Rosatom l'extension de la centrale nucléaire de Balakovo (2 000 MW supplémentaires) pour alimenter une future fonderie d'aluminium de 1 Mt/an dont l'investissement est estimé à 6 G$ et le démarrage à 2013.

En Australie, les exportations de concentrés de plomb au port d'embarquement d'Esperance sont interrompues pour cause de pollution, entraînant la fermeture de la mine de Magellan (3 % de la production mondiale) opérée par Ivernia Inc. Cela contribue à la hausse des cours du plomb tirée par la très forte croissance de la demande chinoise (+ 20 % sur l'année).

Avril

L'uranium (U3O8 ou " yellow cake ") passe la barre des 100 $/lb.

Xstrata lance la 1ère OPA sur le mineur de nickel australien LionOre.

Mai

L'aluminier n°1 mondial Alcoa lance le 7 mai une OPA hostile sur son concurrent direct Alcan ; l'offre est mixte et valorise Alcan à 33 G$. La direction d'Alcan refuse l'offre.

En Bolivie, la nationalisation du secteur minier se traduit par le transfert de tous les permis miniers à la société minière d'état Comibol. Les contrats miniers déjà signés ne sont cependant pas remis en question. Le sidérurgiste indien Jindal obtient l'exploitation du gisement de fer géant d'El Mutún. L'usine métallurgique d'étain de Vinto (Glencore) est nationalisée sans indemnisation.

En RDC, Glencore prend le contrôle de Nikanor pour 1,7 G$. Nikanor fusionnera ensuite avec Katanga Mining. Cette nouvelle société devrait devenir à court terme le premier producteur mondial de cobalt.

Au Canada (Saskatchewan), l'inondation accidentelle survenue fin 2006 lors des travaux de démarrage de la mine souterraine d'uranium de Cigar Lake retarde cet important projet (18 Mlb/an) codétenu par Cameco et Areva. Il ne sera finalement pas opérationnel avant 2011. La nouvelle soutient la hausse du cours de l'uranium qui, en moins de deux ans, est passé de 7 $/lb à un niveau de 90-100 $/lb après avoir atteint un pic à 138 $/lb.

Confrontés à la dérive des coûts d'investissement, de 2 à 5 G$, et à des teneurs marginales, NovaGold et Teck Cominco abandonnent le développement du porphyre à Cu-Mo de Galore Creek situé au Canada.

Le 16 mai, le cours du nickel au comptant a atteint un plus haut historique (54 100 $/t), mais il se repliera ensuite vers 28 000 $/t et restera à ce niveau jusqu'en fin d'année.
La société de trading Sucden est sanctionnée par le LME pour manipulation des stocks du LME.

Juin

Le groupe russe Norilsk, 1er producteur mondial de nickel, absorbe le mineur australien LionOre après sa contre-offre réussie aux dépens de Xstrata mais au prix cash de 6,4 G$.

Le mineur Grupo Mexico, après une dure et longue grève de ses employés au Mexique, abandonne son projet d'investissement de 4 G$ à la mine de cuivre de Cananea.

Le groupe chinois Chinalco se diversifie en investissant en " off shore " : il remporte pour 792 M$ l'appel d'offre pour la privatisation de Peru Copper Corp dont le principal actif est le porphyre cuprifère de Toromocho.

Juillet

La hausse du prix du baril de pétrole repart en juillet après le répit du second trimestre.
Rio Tinto, 3ème major minière diversifiée mondiale, lance une contre-OPA sur l'aluminier Alcan en proposant 44 G$ cash, dettes comprises.

Anglo American, 4ème major diversifiée mondiale, achète 50 % du projet de porphyry à Cu-Au géant de Pebble, situé en Alaska, pour 1,4 G$ ; bien que les ressources de minerai soient évaluées à 7,5 Gt, le prix paraît trop important pour un gisement à faibles teneurs, dont une partie devra être exploitée en mine souterraine, et situé dans une région à fortes contraintes environnementales et sociétales.

Août

La flambée des prix des matières premières est propice à des agissements douteux. Une affaire d'altération des résultats analytiques est démontrée sur le projet chinois Boka de la junior Southwestern Resources Corp. Dix ans après le scandale survenu en 1997, le chef géologue John Felderhof a été acquitté au procès de la BreX ; la direction de la junior avait déclaré avoir trouvé le " fabuleux " gisement d'or de Busang (Indonésie) renfermant plus de 100 Moz d'or ; cela avait coûté 5,7 G$ aux investisseurs abusés.

Septembre

Newmont, 2ème producteur mondial d'or, intègre le " green index DJSI " (Dow Jones Sustainability Index) qui inclut déjà Xstrata, BHP-Billiton et Rio Tinto.

En Roumanie, les droits miniers sur le projet aurifère de Rosia Montana de la société junior Gabriel sont suspendus indéfiniment suite à l'opposition des populations locales à leur déplacement nécessité par le projet.

La Zambie revoit sa fiscalité minière et relève la royaltie de 0,6 % à 3,0 %, ainsi que l'imposition sur les revenus des sociétés qui passerait de 30 % à 47 %.

Octobre

Plus grosse acquisition historique dans le secteur minier (44 G$) : Rio Tinto réussit son OPA sur l'aluminier canadien Alcan. Rio Tinto Alcan devient le n°1 du secteur aluminium, devant UC Rusal.

Entreposage de lingots d'aluminium

En Nouvelle Cal?donie, Xstrata, qui a absorb? Falconbridge en 2005, s'engage ? d?marrer le projet de nickel lat?ritique (fili?re pyrom?tallurgique) de Koniambo situ? dans le Province Nord ; l'investissement affich? de 3,8 G$ pourrait d?passer 4 G$.

De son côté, Vale (ex-CVRD), qui a acquis Inco en 2005, finalise la construction du projet de nickel latéritique (filière hydrométallurgique) de Goro situé dans la Province Sud.
En Australie, Xstrata poursuit sa croissance externe par l'acquisition de sociétés de taille moyenne : OPA de 2,9 G$ sur le mineur de nickel australien Jubilee Mines.

Accident majeur évité en Afrique du Sud, à la mine d'Elandsand opérée par Harmony Gold ; 3 200 mineurs ont été piégés durant plus de 24 h, à 2 200 m sous terre, suite à une défaillance mécanique dans l'unique puits d'entrée et de sortie.

Pour le secteur mines-métaux d'Afrique méridionale et occidentale, la hausse de fréquence des coupures d'électricité à divers titres devient préoccupante.

Novembre

Annonce par BHP-Billiton d'une intention d'OPA sur Rio Tinto qui valorise sa cible à 110 G$. L'offre, par échange d'actions, est aussitôt rejetée. Cependant, l'inquiétude grandit chez les sidérurgistes importateurs de minerai de fer, surtout en Asie et en Europe, face au scénario qui concentrerait 75 % du seamarket du minerai de fer (fig. suivante) entre deux groupes, CVRD et BHP-Billiton/Rio Tinto. Des inquiétudes similaires existent pour les concentrés de cuivre et le charbon thermique. Des rumeurs de contre-offre apparaissent, telle celle de Baosteel appuyé par le fond souverain China Investment Corp.

Minerai de fer ? l'embarquement en Australie occidentale

En Russie, United Company Rusal amorce un rapprochement significatif en acquérant pour 15,7 G$
une part de 25 % de Norilsk (part cédée par l'oligarque Michael Prokhorov contre une part de 11 % dans UC Rusal).

En Ukraine, une explosion fait 101 morts dans la mine de charbon de Zsyadco.

Le cours de l'or (en dollars courants) dépasse le plus haut historique de 850 $/oz du 21 janvier 1980. En dollars constants, celui-ci représente toutefois 2 000 $/oz d'aujourd'hui.

La Namibie annonce un projet de charte du type " Black Economic Empowerment " en usage en Afrique du Sud (où est programmé le transfert aux " historically disadvantaged south africans " de 15 % du capital à l'échéance de 2009, puis de 26 % à celle de 2015. Le projet namibien prévoit le transfert de 15 % du capital des sociétés minières présentes à capitaux étrangers à des sociétés namibiennes.

Le prix du baril de pétrole frôle les 100 $.

D?cembre

L'Afrique du sud, qui a subit une forte diminution des investissements étrangers dans le secteur minier, révise à la baisse son plan de hausses de royalties. Une grève générale visant à améliorer la sécurité dans les mines est déclenchée suite à la première hausse depuis 15 ans du nombre de mineurs décédés (plus de 200) ; des fermetures temporaires de mines concernent, en particulier, le secteur des platinoïdes.

Des plus hauts historiques sont atteints pour le baril de pétrole (nominal ou dollar courant) : 100 $ ; le platine : 1 542 $/oz ; l'or : 865$/oz … . Le cours du cobalt -de 15$/lb en janvier- passe à 43 $/lb.

L'index " Morgan Stanley Capital International World Metal and Mining Index ", sur lequel se basent nombre de fonds de pension, a gagné 40 % en 2007 contre 7 % en moyenne pour le marché global des actions (le fonds " World Mining Fund " de BlackRock a ainsi gagné 15 G$ en 2007).
La capitalisation des huit plus importantes sociétés minières mondiales, soit BHP-Billiton, Vale (ex-CVRD), Shenhua, Rio Tinto, Anglo American, Chinalco, Xstrata et Norilsk Nickel, a dépassé les 1 000 G$.

Le prix du baril de pétrole atteindra les 100 $ au deuxième jour de janvier 2008.

Note :
(1)Géologue-économiste des matières premières minérales au BRGM.

 

© Minist?re de l'?cologie, du D?veloppement et de l'Am?nagement Durables,
© Minist?re de l??conomie, des Finances et de l?Emploi, DGEMP, 26/02/2008

Membres
Le CHROME-DUR - 3, rue Fresnaie - Z.I. Le Madrillet - 76800 Saint-Etienne-du-Rouvray
Tél.: 02.35.66.46.94 - Fax : 02.35.66.00.03
Réalisation, hébergement et référencement : :: StudioKom.fr ::

Qu'est-ce que le Chrome ? - Placage au chrome dur - Surveillance biologique de l'exposition au chrome dans l'industrie du chromage électrolytique - Alliage chrome cobalt biocompatible - Circulaire DGS/7A no 2006/127 du 16 mars 2006 - Conseil supérieur d'hygiene publique de France - Les faits marquants du secteur minier - Placage au cuivre